Coups de cœur Non classé

Café Pouchkine entre Moscou et Paris

J’avais entendu parler du café Pouchkine depuis très longtemps, je m’arrêtais souvent devant la vitrine de la boutique près des grands magasins mais je n’avais encore jamais eu l’audace de franchir le pas de la porte.

Café pouchkine paris patisserie

L’histoire de ce café Pouchkine ?

Cité dans la célèbre chanson Nathalie de Gilbert Bécaud, l’histoire du café Pouchkine a inspiré Andrey Dellos. En 1999, il ouvre le premier café Pouchkine à Moscou, bien décidé à faire de ce nouvel endroit, un lieu incontournable. Fort de ce succès, il lance alors un  salon de thé à Paris. Ayant besoin d’un pâtissier, il s’associe à Emmanuel Ryon pour créer l’ensemble de la gamme des produits Pouchkine : viennoiseries, macarons, pâtisseries… (Un petit air de LaDurée vous ne trouvez pas ?) Toujours inspirés de la culture russe, les pâtisseries ont le goût de l’est, des saveurs incongrues pour nos palais français : pavot, Tvorog, Kvas, le voyage culinaire vaut le détour !

 
 

Le chef pâtissier actuel ? 

Damien Piscioneri. Originaire du sud de la France, il tombe dans la cuisine à 14 ans, à 20 ans, il passe son CAP pâtissier en candidat libre. Un parcours qui se traduit dans sa cuisine par l’association de saveurs surprenante et une attention particulière aux graisses, au sucre. En 2012, il rencontre Emmanuel Ryon à l’époque chef pâtissier au café Pouchkine. Il est alors contacté pour prendre la tête de la pâtisserie du café.

portrait Damien Piscioneri chef patissier cafe pouchkine

Sa pâtisserie signature ?

La rose Pouchkine : biscuit à la pistache, compotée de fruits de la Datcha, crème légère au yaourt et crémeux pistache.

rose pouchkine fleur gateau patisserie paris cafe

Aujourd’hui, je passe la porte de la boutique et suis un brin déçue… Bien évidemment, le décor est superbe : inspiré de la magie russe, un style moscovite avec marbre, velours, dorures, des pâtisseries calibrées au millimètre près, à faire pâlir d’envie même les plus difficiles mais un service assez peu aimable avec une vendeuse russe pas du tout souriante, qui me signale que je n’ai pas le droit de prendre des photos et qui ne m’adresse même pas un sourire…

Après cette petite déception place à la dégustation. On ne sait que choisir, les intitulés évoque à eux seuls une escake en terres russes: crème Sgouchonk, crème Smetana, Rozovaya, mousse Tvorog… Le design des pâtisseries, me fait voyager, on retrouve des dômes dorés, le rouge, couleur cher à la Russie, des structures très travaillées, élégantes et raffinées. Tout cela me met l’eau à la bouche…

gateaux dessert patisserie cafe pouchkine pariscafe pouchkine paris macaron dessert couleur

Je me décide pour le Diadema : Biscuit crumble avec une crème légère au citron, une marmelade de citrons jaunes et un crémeux thé jasmin.

gateau pouchkine cafeVerdict ?

Points positifs : la pâte crumble qui apporte de la mâche et du croustillant au gâteau. La texture de la mousse : légère et onctueuse, un petit nuage mais qui manque un poil de goût.

Points négatifs : un peu trop gourmand, les proportions sont assez importantes, résultat la fin est légèrement écœurante. Le chocolat ne sert que de décors, il rajoute du sucre et de la lourdeur au gâteau. Le rond de citron au dessus du gâteau est un peu épais, le gâteau est donc difficile à couper. Le glaçage au chocolat blanc est assez épais et très sucré. Le crémeux thé jasmin a très peu de goût, il est écrasé par le citron.

Ce gâteau manque de pep’s, d’un petit « je ne sais quoi » qui fait chavirer mon cœur de gourmande.

Mon amie se décide pour le Rozovaya : Dôme de mousse vanille mascarpone, cœur de compote de cassis, biscuit japonais à la violette, croustillant d’amandes, crémeux vanille et confit de cassis.

 


gateau cafe pouchkine paris

Verdict ?

Points positifs : le cœur de compote de cassis qui coule à la découpe. Le dôme de crème vanille-mascarpone aérien et onctueux. Le visuel coloré.

Points négatifs : pas de croustillant et un biscuit un peu mou détrempé par la crème. Trop de chocolat qui alourdit énormément le gâteau et aucun goût de violette à l’horizon.

Un gâteau qui pourrait être excellant sans les feuilles de chocolat malgré le fait que le cassis prend le pas sur toutes les autres saveurs.

Comptez quand même 10 euros pour une pâtisserie dégustée en terrasse dans cette boutique, oui c’est cher mais les portions sont généreuses. Une fois de temps en temps, un petit plaisir ne fait pas de mal…

 

Informations pratiques

64, boulevard Haussmann
75009 Paris
Rez-de-chaussée du Printemps Mode

2, rue des Francs Bourgeois
75003 Paris

155, avenue de Boulevard Saint-Germain

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply